Après la consultation ministérielle avec les partenaires sociaux et organisations du tiers secteur, qui fait partie fio.PSD, Protection du réseau et de l'inclusion sociale approuvé 22 mars Plan d'action et des services sociaux pour lutter contre la pauvreté

Le plan est un outil de programmation pour l'utilisation des ressources de l'unité du Fonds Pauvreté (art. 7 virgule 2 du décret. 147 la 15 Septembre 2017, ce décret REI) qui consacre un espace spécifique des mesures d'application pour les sans-abri (art. 7 virgule 9): 20 millions pour les initiatives visant sans-abri

Deux innovations fondamentales(comment spécifier Appuyez sur la MLPS):

  • la stabilité du financement;
  • l'ajout de nouvelles ressources qui permettront dépenser, par 2023, à 100 millions d'euros pour la lutte contre l'itinérance
Un aspect clé que nous devons souligner est que, pour financer, interventions et services pour PSD doivent être conformes aux Lignes directrices la réunion ministérielle 2015 pour lequel fio.PSD a joué le rôle du secrétariat technique. En ce qui concerne l'allocation des ressources aux territoires auront lieu avec la même logique de l'avis 4/2016 (la 50% un 7 villes métropolitaines et 50% les régions qui intégreront les ressources, soumettre des projets ou déléguer aux zones à forte présence PSD)

Communiqué de presse du ministère

l'inclusion sociale: au début du Plan d'action et des services sociaux contre la pauvreté

22 Mars 2018

prêt 300 déjà des millions d'euros en 2018; régime soit terminée 700 millions par an aux territoires des ressources stables disponibles pour soutenir les plus démunis

Le réseau de protection sociale et de l'inclusion -organismo présidé par le ministre du Travail et social et réunit les conseillers régionaux et certaines municipalités identifiées par l'ANCI, les représentants locaux des politiques sociales- a approuvé aujourd'hui le plan d'action et des services sociaux pour lutter contre la pauvreté. Avant l'approbation, le Réseau a rencontré des représentants des partenaires sociaux et organisations du tiers secteur qui exercent des activités dans la lutte contre la pauvreté qui ont tous exprimé sa satisfaction pour le contenu du plan et le mode de comparaison qui a conduit à sa définition.

Le plan représente le premier outil de programmation pour l'utilisation du pourcentage de la pauvreté du Fonds vise le renforcement des interventions et des services communautaires pour les bénéficiaires de l'inclusion du revenu (REI) et il représente une étape essentielle pour le bon fonctionnement de la nouvelle pauvreté de mesure d'exécution.

Pour la première fois depuis la réforme du titre V de la Constitution, les interventions et les services sociaux acquièrent la nature des niveaux essentiels de la performance. “Il est une transition historique -underlines le ministre du Travail et social, Julian Parker- Il rendu possible grâce à une disponibilité permanente des ressources qui permet enfin de renforcer les services locaux, également en recrutant de nouveaux travailleurs sociaux qui seront engagés dans la mise en œuvre des interventions, et œuvrer pour l'harmonisation, l'identification des objectifs spécifiques pour assurer uniformément dans le pays”.

ressources

Le Fonds Pauvreté, en fait, à la différence de tous les fonds de la nature précédents “social”, Il est permanent et débloque des services autour 300 millions d'euros en 2018 à la hausse 470 millions de 2020 et les années suivantes. Avec des ressources communautaires pour les politiques pour aider les personnes les plus vulnérables et les personnes dans l'extrême pauvreté, territoires bénéficieront d'un régime de plus 700 millions d'euros par an. Un chiffre qui pour la première fois permet de relever le défi de renforcer et de repenser l'organisation des services pour faire face aux tâches qu'ils doivent effectuer, dans un contexte où les dépenses pour les services communautaires application de la loi de la pauvreté est faible (la 7% des dépenses totales consacrées aux services sociaux) et extrêmement hétérogène (de plus 30 euros par habitant dans les régions où il dépense plus à moins de 2 EUR de ceux où vous passez moins).

Le REI et le niveau de prestations de base

Le décret législatif fixant le délai de sécurité sur le niveau des prestations de base pour accompagner la famille dans tout le chemin dans les services, à partir du moment de l'application des informations sur la libération souhaitée de l'état de la pauvreté. Les couvertures sont donc les fonctions d'accès aux services, l'évaluation de l'état de nécessité, conception personnalisée et l'identification de soutien à la famille et les engagements pris par ses membres.

En ce qui concerne l'accès aux services, l'objectif identifié du plan prévoit l'activation d'un nombre approprié de points d'accès à REI, généralement un tous les 40 mille habitants, Toutefois, compte tenu par une des villes métropolitaines et de l'autre côté des petites municipalités, qui ont des besoins différents. Il est clairement identifié des bureaux sur le territoire, où les citoyens peuvent recevoir de l'information, conseils, orientation et, si nécessaire, assistance à la présentation de la demande.

Si le délai de sécurité est reconnu, interventions sont définies par une évaluation multidimensionnelle, qui consiste en une analyse des facteurs de vulnérabilité des ménages et identifie les chemins possibles vers l'autonomie. Il est le pivot autour duquel tourne toute l'activation et le système d'inclusion sociale et est généralement la fonction exercée par le service social professionnel, dont le renforcement est indispensable au bon fonctionnement de la mesure. Le plan vise à assurer qu'il, au cours des trois premières années de mise en œuvre du REI, au moins un travailleur social tous les 5 mille habitants.

Les projets de soutien personnalisés et de réinsertion

A l'issue de l'évaluation multidimensionnelle, Il définit projet personnalisé, qui définit les objectifs généraux et les résultats escomptés à atteindre par un soutien spécifique, assuré par les services, et les engagements que le noyau rend son famililare. Engagements affectant le paiement de la prestation et de définir les possibilités de se libérer d'un état de nécessité. il est, concrètement, participation à des cours de formation pour l'inclusion, soins à domicile, soutien socio-éducatif, soutien parental, médiation culturelle, prêt intervention sociale, etc.. Particulièrement, le plan prévoit qu'au moins un de ces services est activé chaque fois que vous présentez une situation de besoins complexes. Par ailleurs, il comprend l'activation des voies de soutien à la parentalité lorsque l'unité familiale comprend un enfant ou un enfant dans les mille premiers jours de sa vie: une intervention qui prend en compte l'une des phases les plus délicates de l'existence, où la présence de facteurs de risque spécifiques peut avoir des effets durables ainsi que, vice versa, Il se révèle avoir une plus grande efficacité le plus tôt et de nature préventive.

Les plans régionaux

Le plan national doit maintenant être approuvé par la Conférence unifiée (Gouvernement, des Régions et municipalités) puis ouvrir la voie à des plans régionaux futurs, à travers lequel chaque région indiquent les améliorations spécifiques à prévoir dans leurs territoires.

En particulier, il sera la tâche des plans régionaux formes disciplinaires de collaboration et de coopération entre les services qui vous permettent de concevoir une unité, de travailler sur les différentes dimensions du bien-être des bénéficiaires, dirigé vers le territoire, le renforcement des réseaux. Il y a deux conditions fixées par le Plan: que les secteurs sociaux des environnements de programmation, les politiques de soins de santé et du marché du travail sont rendues homogènes au niveau local; que dans la planification et la mise en œuvre des interventions sont prises en compte les activités du troisième secteur concerné dans le domaine des politiques sociales.