Sélectionnez la Page

immigration, droits de l'homme et des marges brutes

Jan 11, 2019 | Se concentrer sur, Les migrants et les sans-abri, Nouvelles | 0 commentaires

loi Salvini: vers une nouvelle urgence de l'immigration et les sans-abri

Avec l'entrée en vigueur de la loi 1 Décembre 2018, n. 132 contenant « dispositions urgentes en matière de protection humanitaire et l'immigration, Sécurité publique ", il révèle un scénario inquiétant et dangereux qui conduira à une augmentation des personnes vivant dans la rue

En contradiction et en conflit avec les dispositions de la Déclaration universelle des droits de l'homme, les Constitutions des Etats européens et l'italien en premier lieu, décret Salvini établit un ensemble de règles qui auront des conséquences graves sur la vie des migrants qui sont dans notre pays et que de plus en plus sont accueillis par les services offerts par nos partenaires (Voir Observatoire fio.PSD bienvenue à la voix)

« Une garantie de la politique de sécurité exige exactement le contraire de l'exclusion sociale et l'invisibilité inévitablement produite à partir du sous-sol: Il exige des politiques d'inclusion, beaucoup plus que l'exclusion, la mise en œuvre du principe de l'égalité dans sa taille et en fonction de la garantie aux immigrants de tous les droits fondamentaux "

(Luigi Ferraioli, Manifeste pour l'égalité, p. 215, Laterza, Bari)

Immigration et sans-abri

Il a rejeté le principe de l'égalité de tous les êtres humains, les autochtones et les migrants, le respect des droits fondamentaux de l'homme, le droit à la vie, la dignité, santé, citoyenneté, au travail, la maison, à une procédure régulière

Il a refusé la propriété d'un droit acquis par des gens qui sont arrivés en Italie sans avoir commis une infraction ou d'un crime, mais plutôt fuyant l'extrême pauvreté, l'instabilité politique, guerre, la persécution et la violence

Qu'est-ce que dans ce Focus On dénonçons la Fédération pour plus 30 ans, il travaille à défendre les droits des personnes les plus vulnérables, Il est que nous risquons d'être confrontés à une nouvelle urgence sociale avec des milliers d'autres personnes privées de prix minimum pour commencer un chemin d'inclusion, les personnes vulnérables qui peupleront les rues et les refuges pour les sans-abri

Tenir sur les migrants

Les premières estimations basées sur les déclarations des associations de circulation du secteur à la suite de la loi au début de Décembre a parlé immédiatement à 40 milliers de personnes à expulser des migrants des centres de réfugiés et demandeurs d'asile (SPRAR, CAS et VISAGE) quel effet la loi 132/2018

La réception sera SPRAR, à partir de maintenant, réservé aux bénéficiaires d'une protection internationale (les réfugiés et les bénéficiaires de la protection subsidiaire), aux mineurs non accompagnés, les jeunes adultes jusqu'à la définition de la demande de protection internationale, les titulaires d'un permis de séjour pour un traitement médical, les catastrophes et les actes de valeur particulière civile, laissant de côté et sans chaleur tous les détenteurs de permis pour des raisons humanitaires ou de protection spéciale qui a échoué à passer dans le premier SPRAR 4 Octobre 2018

D'un seul coup les gens qui avaient engagé sur une voie d'inclusion, fin bientôt dans la rue, entrer rapidement dans un circuit de dérivation et, ensuite, des irrégularités. Le ministère de l'Intérieur a clairement indiqué aux Préfets que la loi n'a pas d'effet rétroactif et que, C'est pourquoi, Il est suspendu les sorties des centres du décret, au moins dans la manière dont il a été initialement interprété

la clarification, De toute évidence, Il ne diminue en rien la gravité des conséquences de la loi, mais il se développe que les effets temporels. Pas même rassure la Circulaire arborescentes du ministère de l'Intérieur 18/12/2018 et repris par certains examiné avec lequel vous essayez de rassurer les maires et les préfets sur l'invariance absolue et substantielle des conditions et des règles de réception que par le passé

Écrivez-nous à signaler les effets du décret ou utile

Type de signalisation

2 + 7 =

Tous pour la route, migrants sans domicile fixe avenir

Toutes les personnes atteintes d'une protection humanitaire, tous les migrants légaux, toutes les cartes d'identité, tous, sans distinction, femmes, Enfants, familles, personnes vulnérables, les enfants et les jeunes, tous destinés à la route

Même les victimes de la violence ou des femmes ayant des enfants mineurs, Ils seront en mesure d'accéder aux services de deuxième réception de SPRAR. Les effets néfastes de la loi diminuerez sur les populations vulnérables et les plus vulnérables du point de physique et psychologique grave, victimes de traumatismes extrêmes, la torture et les traitements cruels, inhumains et dégradants (CIDT) subis dans leur pays d'origine ou pendant le voyage, le passage ci-dessus et, lors de son emprisonnement en Libye

nous soulignons, De plus,, car ceux-ci ne sont que les premières victimes de cette loi que désormais (qui est, pour les personnes qui ont vécu et qui manifesteront la volonté de demander la protection internationale 5 Octobre 2018 avant) Il prévoit une forte baisse de l'octroi d'une certaine forme de protection et, en conséquence, un augmentation exponentielle des personnes totalement dépourvues d'un permis de séjour en cours de validité et, par conséquent, ne peut pas demander la résidence enregistrée

Il est encore nouée la question sur l'inscription de registre de forclusion des demandeurs d'asile – comme expliqué par la 'ASGI dans sa note du 8 Janvier – qui a déjà provoqué des réactions inconstitutionnelle parce qu'elle exclut le droit fondamental à la résidence légale une catégorie spécifique de personnes, en l'absence de motifs raisonnables pour justifier la différence de traitement en violation de l'article 3 la Constitution

La résidence est la première étape cruciale pour sortir d'une invisibilité bureaucratique et formelle et poursuivre un chemin de reprise et de l'inclusion dont personne ne devrait être exclu d'une volonté politique

Les nouvelles dispositions introduites par la loi 132/2018 (décret Salvini)

Comme nous l'écrivions dans notre précédent communiqué de presse critique du projet de loi, de nombreux aspects qui nous préoccupent et ici nous retracent à mettre l'accent sur les effets délétères:

PROTECTION DE L'ABOLITION DES RAISONS HUMANITAIRES

A travers le permis pour des raisons humanitaires, attendu de T.U. immigration (droit 286/98), a été reconnu comme un droit humain fondamental et qui est le asile, beaucoup plus large des deux types de protection internationale (protection des réfugiés et filiale)

Les commissions territoriales, les postes de police et les tribunaux pourraient accorder au requérant une telle protection où ils avaient été trouvés « motifs sérieux, en particulier de nature humanitaire ou résultant d'obligations constitutionnelles ou internationales de l'Etat italien ", dans le cas des personnes fuyant le conflit, catastrophes, au risque d'être soumis à la persécution, victimes de l'exploitation du travail ou des friandises, ou la situation de vulnérabilité, victimes de violence et les violations des droits de l'homme

Ce permis a été remplacé par un permis de séjour pour « protection spéciale » et le permis de séjour pour « cas particuliers ». Dans ces deux désignations sont configurées différents cas, une pré-existante, d'autres nouvelles (comme un permis de séjour pour un traitement médical ou en cas de catastrophe) et la plupart d'entre eux ont différentes fonctions activées par abrogé: la durée est d'un an (au lieu de deux), transformables en permis de travail, et est renouvelable seulement après accord des commissions territoriales et persistent aussi longtemps que les conditions pour lesquelles il a été délivré

Cela signifie un pas en arrière, pouquoi, comme il est indiqué dans un Notez le Conseil italien pour les réfugiés, "Parmi les pays européens, 24 pays de 32 fournir des formes de protection similaire à notre protection humanitaire et 20 sur 28 reconnaître une forme de protection nationale pour des raisons humanitaires "

LE SYSTÈME SPRAR EXPANSION

La réception du SPRAR sera réservé aux bénéficiaires d'une protection internationale (protection des réfugiés et filiale), aux mineurs non accompagnés, les jeunes adultes jusqu'à la définition de la demande de protection internationale, les titulaires d'un permis de séjour pour soins médicaux et pour des cas particuliers («S'ils ne ont pas accès à des systèmes de protection spécifiquement dédié » – circulaire 18/12/2018), ce qui exclut les demandeurs d'asile et les titulaires de permis pour des raisons humanitaires ou de protection spéciale qui a échoué à passer dans le premier SPRAR 4 Octobre 2018, y compris les mineurs non accompagnés néo âgés anciens qui n'ont pas reconnu la pleine protection, les femmes avec mineure, les familles et les personnes vulnérables

Une circulaire du Service central du système de protection des demandeurs d'asile et des réfugiés 25/10/2018 exclut expressément « l'inclusion des demandeurs d'asile et la protection humanitaire SPRAR, bien que vulnérables"

Le SPRAR se SIPROIMI, Système pour la protection de la protection internationale et les mineurs non accompagnés.

Suppression du droit REGISTRE D'INSCRIPTION POUR LES DEMANDEURS D'ASILE

L ’ l’article 13 la loi 132/2018 Il précise que les demandeurs d'asile ne peuvent pas inscrire dans les registres de population et, C'est pourquoi, ne peuvent pas avoir accès à la résidence, avec tout ce que cela implique en termes d'incapacité d'exiger que les droits y afférents (lire le communiqué de presse du 11 Octobre fio.PSD 2018). Sur la question a ouvert un débat – voir ci-dessus – sur l'illégitimité constitutionnelle alléguée du présent article.

RESTER LE RETOUR ET CENTRES DE DETENTION POUR LES DEMANDEURS D'ASILE

Une nouveauté introduite par le « décret de sécurité » est la détention des demandeurs d'asile aux points d'accès, abris gouvernementaux dans la première et la police pour un maximum de 30 jours (sans la nécessité d'une validation par les autorités judiciaires) pour permettre l'identification. Se entro i 30 jours ne sont pas arrivés à l'identification, Les demandeurs d'asile peuvent être détenus dans des centres de rapatriement Séjour (CPR, Les anciens CIE - Centres d'identification et d'expulsion) à 180 jours, par la souffrance de plus en plus sans discrimination et frais d'administration publique. Cette pratique sera également réservée aux enfants dont les parents sont à leur tour tenu en RCR, pour la vérification de l'identité. Enfin la détention prévue en non précisées « lieux appropriés » dans les bureaux frontaliers

Pour les étrangers, il n'a pas été demandeurs d'asile, Au lieu de cela, prolongé la période de détention à la RCR jusqu'à 180 jours, sur le fond 90.

REFUS ET ABROGATION DE LA PROTECTION INTERNATIONALE

Les réfugiés et les détenteurs de la protection subsidiaire permettra de révoquer si la protection internationale qui ont été condamnés pour des crimes commis en Italie (comme, par exemple, la violence d'un agent public, enlèvement, cambriolage aggravé) et, parallèle, Il élargit la gamme de la cause ostative la reconnaissance de la protection

Avant cela est arrivé que des condamnations pour crimes graves: assassiner, vol aggravé, enlèvement, immigration clandestine, crimes de nature sexuelle ou sur les médicaments

Il devrait une procédure immédiate devant la Commission territoriale dans le cas de la personne faisant l'objet d'une procédure pénale pour certains types de crimes (crimes obstacles à la protection) ou même si la peine est pas définitive. Si la demande d'asile est rejetée, le demandeur ne peut pas rester sur le territoire italien, même si un recours contre le refus de la Commission territoriale

DE LA CITOYENNETÉ ABROGATION

En cas de condamnation jugé pour crimes de terrorisme et de subversion, la personne qui a acquis la nationalité parce qu'ils ont vécu en Italie 10 âge, personne apatride 5 années de résidence en Italie, fils d'étrangers nés en Italie est devenu citoyen italien à l'âge de 18 ans, conjoint d'un citoyen italien, fils de l'enfant étranger ou adopté italien, vous verrez la citoyenneté italienne révoqué

À cet égard, le Conseil italien pour les réfugiés a déjà exprimé en soulignant que « L'acquisition de la citoyenneté, Il devrait permettre à son titulaire d'exercer les droits de elle qui aboutissent à une pleine et inconditionnelle, comme les citoyens de naissance, tandis que l'introduction de la révocation, que pour les étrangers deviennent des citoyens, Elle présente les profils de conformément à l'article inconstitutionnel. 3, c. 1 Constitution, parce qu'ils sont traités différemment dans des situations objectivement similaires. Tout comme les autres citoyens, aussi l'étranger est devenu un citoyen italien, S'il a commis un crime devra purger sa peine "

Par ailleurs, le délai pour la conclusion des procédures pour l'octroi de laissez-passer à la citoyenneté de 24 un 48 mois, alors que la contribution des instances des résultats des élections, achat, rachat, renonciation ou octroi de la nationalité passe de 200 Euro 250 Euro.

CRIME DE Mendicité

Avec alarme spéciale, nous rappelons que la loi introduit Salvini – sous réserve de la modification du code pénal 699 à – le crime financier de la mendicité harcelait en disant qu'il est gênant quand il est exercé constamment, la violence et / ou attitudes frauduleuses. Les sanctions font escale à 3 un 6 mois une amende de 3 mille 6 mille euros. Ils sont également punis les organisateurs de dell'accattonaggio et l'utilisation des mineurs.

En plaçant cet avis dans un titre de la loi « Sécurité et immigration », il suggère que la mendicité l'ordre public et affectent la sécurité publique, et qu'il utilise la tolérance zéro contre toute personne qui tend la main parce qu'il n'a pas besoin d'aide. La « mendicité avec insistance présumée » est déjà l'objet de nouvelles locales et est susceptible de multiplier les réactions d'intolérance à la pauvreté

Les effets du décret dans les villes: nouveau invisible

Une loi de ce genre ressemble plus à une réalisation d'une voie de pénalisation des migrants et les personnes vivant en situation de vulnérabilité, plus d'une promotion du système de lutte contre la criminalité et la sécurité

Les villes commencent à dénoncer les premiers effets du décret sur les « rues » et certains estiment déjà les chiffres. D'autres sont déjà comme le théâtre local

MILAN

Selon la ville de Milan, ils sont sur le point 900 les migrants qui restent en dehors des abris en raison du décret de sécurité. Selon le conseiller pour la politique sociale Majorino, dans les prochains jours 240 les personnes qui pourraient se retrouver sur la rue: femmes, mineur, les familles qui résident légalement sur notre territoire; Ils ne peuvent plus rester dans les centres d'accueil et seront déchargées. Un certain nombre qui est ajouté à ce que précieux Caritas Ambrosiana, selon lequel sont 500 les migrants à risque de devenir sans-abri dans le diocèse de Milan, Varese, Lecco et Monza

ROMA

Selon le conseiller pour Laura sociale Baldassarre, Rome peut être estimé à plus de 1.000 entre demandeurs d'asile et les personnes en possession de la protection humanitaire, SPRAR qui laissera le système tel que modifié par le « Décret de sécurité », à verser dans la rue et dans les services sociaux municipaux

BOLOGNA

Comme indiqué dans 'Ordre du jour du Conseil de Bologne Ville sur les effets de décret de sécurité, de 1.078 personnes, adultes et mineurs, hébergé dans SPRAR, la 75% Il serait exclu parce qu'ils ne répondent pas aux exigences du décret

TORINO

La Conseil municipal de la Ville de Turin, avec un programme de 22 Octobre 2018, Il a calculé que les centres d'accueil du Piémont 10.380 personnes, dont environ la moitié serait maintenant sans le permis requis par le décret. Dans la ville de Turin serait plus 200 mineurs étrangers non accompagnés, à venir de l'âge, Ils sont susceptibles d'échapper aux circuits de réception. Face à des nouvelles mesures introduites par le décret de sécurité, la situation qui se profile est d'annuler les cours d'intégration menées à ce jour et ne permet pas la création de nouvelles. Le scénario réel est de voir le nombre de personnes dans un inconfort extrême dans les villes

TOSCANE

La région Toscane a estimé que près de la moitié des personnes actuellement logé dans la SPRAR toscane (5.000 sur 10.000) prendra fin en dehors des circuits de réception en raison de la réduction des effectifs de ce système de réception, tandis que d'autres 3.000 Les étrangers se trouvent en situation irrégulière l'effet de la suppression du permis de séjour pour des raisons humanitaires

Nouvelles & Mises à jour

Bulletin fio.PSD – Octobre 2018

*|MC:ASSUJETTIR|* Organismes de l'italien fio.PSDFederazione Lettre d'information pour les personnes sans DimoraONLUS avec fonction sociale évidente reconnue par le gouvernement italien pas bien les lois sur les mails?Ouvrez votre navigateur en Octobre 1 Un choix pericolosaRiteniamo extrêmement ...

lire plus

Un choix dangereux

décret Salvini: Le fio.PSD un choix dangereux pour plus 30 années de travail aux côtés des sans-abri et des services qui traitent, à travers des actions de plaidoyer, la promotion des droits, culture, étude et de recherche d'envergure nationale et internationale,...

lire plus
Annonce

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. les champs requis sont indiqués *

contact

Faites glisser Street Lawyer

Les migrants et les sans-abri

Abonnez-vous à la Newsletter fio.PSD

Restez au courant des nouvelles, projets, campagne, formation, rendez-vous et des événements italiens et européens

Grazie per aver compilato il form Per tua sicurezza e per la privacy al fine di completare l'iscrizione dovrai cliccare sul pulsante che ti è arrivato via mail, remerciements

Abonnez-vous à la Newsletter fio.PSD

Restez au courant des nouvelles, projets, campagne, formation, rendez-vous et des événements italiens et européens

Grazie per aver compilato il form Per tua sicurezza e per la privacy al fine di completare l'iscrizione dovrai cliccare sul pulsante che ti è arrivato via mail, remerciements

Partager ce