Rome 30 Mai 2017

Les participants:

Alessandro Radicchi (Europe Consulting Onlus – Rome), Andrea Di Renzo (Gruppo Abele – Turin), Annalia Savini (Ronda Solidarité Charité – Milan), Claudio Viganò (Équipements de l’espace ouvert – Milan), Donatella Pompei (Opéra Don Calabria – Rome), Egle Falletto (Cooperativa Maria Cecilia – Biella), Jean Grammalico (fio.PSD), Marco Martinelli (Intersections Association – Como), MarcoTondini (Caritas – Piacenza), Paola Zappa (Intersections Association – Como), Patrizia Veronese (Cooperativa Self Help – Vérone), Stefano Galliani (Arche de projet – Milan)

 

 

Le débat était très grande et fragmentée en partie parce que le thème « Les systèmes d'accueil » lui-même est vaste.

Les notes qui suivent montrent que certaines interventions et ne sont pas destinées à être exhaustives et peuvent être complétées par les participants.

Définition de l'utilisateur ciblenous adressons: « Le concept d'une personne sans-abri est très large, pour sa définition, il est fait référence à Ethos. Par rapport à la question de l'accueil des demandeurs d'asile, il est convenu que même ceux qui sont les invités du CAS est dans le public cible. De même ceux qui, malgré avoir déposé une demande d'asile politique, Il a perdu le droit d'accepter ou d'autres situations qui peuvent être assimilées. Nous sommes d'accord pour exclure que les clients du système SPRAR "; en particulier, il a été demandé de mettre l'accent et de développer, pas nécessairement au sein du groupe « systèmes hôtes », le thème de la traite des femmescomme sujets d'investissement sont particulièrement fragiles et vulnérables qui ne connaissent pas la langue italienne, ainsi que la protection dont ils peuvent jouir et souvent les seules références qui ont le pays sont des gens / compatriotes qui ont été « confiés » et que commencent souvent à l'exploitation.

Ce phénomène est en augmentation en raison de la forte immigration et des mesures pour la protection des femmes migrantes sont souvent inefficaces.

Il a été souligné que le travail effectué au niveau national pourrait mettre en évidence la nécessité et la possibilité de mieux définir le rôle et les fonctions du CCT qui les distinguent de celles des groupes nationaux dans une logique d'intégration.

Les groupes nationaux ne devraient pas remplacer les CCT plutôt fournir des arguments à inclure dans o.d.g. CCT afin qu'ils puissent être discutés et socialisés au niveau local.

Ils ont mis en évidence les différences en termes de caractéristiques du phénomène que la réponse aux besoins des villes métropolitaines et les petites villes, et que le phénomène du PSD ne devrait pas se limiter aux régions métropolitaines. Il a souligné l'importance des interventions de sens et la valeur, expérimentation et « bonnes pratiques » de « petites villes » favorisant le dialogue et la comparaison entre les contextes ayant des caractéristiques similaires pour échanger des expériences, approches, « lectures » et les méthodes de travail.

Afin de décrire la situation du PSD qui insistent sur une région et leur donner de la visibilité, il est nécessaire de travailler systématiquement grâce à l'utilisation d'outils tels que: la collecte de données, services de cartographie, Le PSD du recensement, etc..

Cette qualification d'approche et améliore l'efficacité des interventions.

Une autre contribution a mis l'accent sur les services pour PSD à cette période historique.

  • Comment sont-ils perçus par ceux qui l'utilisent, de ceux qui y travaillent, les organes de gestion, par les clients et la société?
  • Les services envisagés collectionneurs sfigheavec des fonctions de confinement sociales et une diminution de la visibilité ou de services en tant que facilitateurs de ressources ouvertes dédiées au territoire et à l'inclusion?
  • Quels sont les modèles culturels, anthropologique qui permettent à nos services à « lire » l'état du PSD et de comprendre leurs besoins et de coordonner les interventions? Étant donné que ces modèles sont partagés et communs?

À la fin du groupe, en face de l'hétérogénéité des interventions, nous avons identifié la dernière question de la « pierre angulaire » du débat, la « base commune » à partir de laquelle développer les travaux futurs du groupe.

Membres Claudio Viganò et Jérôme grammairien ont donné leur volonté de contextualiser et de partager avec le groupe ce qui a fonctionné dans leurs départements sur l'approche anthropologique adoptée.

La prochaine réunion: 25 Septembre 2017 à Milan à la Maison de la Charité Fondation