Recommencer

de Stefano Galliani

Président SAF.PSD 2002-2004 et 2013-2014

La première pensée qui vient à l’esprit pensant ce moment est incrédulité à être montré et élu Président. Je connaissais la fio. PSD grâce à une formation du cours à Padoue, quelques années avant, et puis j’ai rejoint le Conseil d’administration en tant que représentant de l’Association Opera Balli di Bergamo. À partir de 1998 Merci à fio. PSD, j’ai vécu déjà une expérience importante dans la FEANTSA qui a m’a accompagné depuis de nombreuses années mais devenir président était quelque chose de très habilitant ainsi que récompenser. Responsabilité qui se sentait plus forte chaque fois que dans la rue j’ai rencontré le visage d’une personne en grande difficulté: à ce moment que j’ai senti le fardeau d’avoir à agir avec toutes les politiques et opérationnelles forces pour essayer de donner une nouvelle chance dans la vie de cette personne, en ce qui concerne l’inconnu. J’ai ainsi que des amis de l’administration. Parfois avec un sentiment d’impuissance face à la fragilité qui, dans ces moments-là, a vécu la Fédération.

En effet, après le ministre Livia Turco et l’approbation de la Loi 328/2000 avec l’art bien connu. 28, certains facteurs ont changé le scénario politique lié aux interventions au PSD.:

  • d’une part, l’art. 28 interventions d’urgence et extraordinaires indiquent dans les zones métropolitaines, mais n’avaient pas donné suite à une stratégie généralisée et moyen/long terme réel
  • aussi la modification du titre V de la Constitution avait « vidé » L. 328 en faisant un don aux régions la tâche de gouverner efficacement le système de protection sociale
  • Enfin, l’avènement du gouvernement Berlusconi et le changement d’orientation sur l’exclusion sociale

En fait, il avait voulu fio. PSD a « start over » et puis se retrouvent avec très peu de ressources économiques qui ne garantissait pas une vraie caractéristiques du SAF. PSD tellement me faire redimensionner si « brutale », même le même Secrétariat génois.

Bien que les énergies et les compétences étaient tous en circulation. Les nouveaux directeurs qui présidait un pointu de renouvellement et le rajeunissement de conseiller. Avant tout, il a représenté, pour les années suivantes et jusqu'à aujourd'hui, une « pépinière de talents » à fio. PSD. Avec moi il y a des jeunes hommes Paul Pang et Cristina Aboagye, David Boldrini, Mauro Raets, Boulettes de Raffaele et d’autres qui ont travaillé tellement passionnée et compétente fio pendant de nombreuses années encore. PSD.

Disposent de ressources limitées est une constante pour ceux qui travaillent dans le « social ». Du SAF. PSD était une condition en cours depuis de nombreuses années. Face au scénario économique et politique et la contrainte législative radicalement modifié, à 2003 Il était nécessaire de définir une stratégie organisationnelle différente qui permettrait d’atteindre deux objectifs principaux:

  • renforcer le réseau régional et le travail des partenaires pour soutenir un développement collectif d’organisations partenaires
  • ouvrir les routes pour une relation plus étroite avec les régions.

Cette année-là est venue l’idée d’organiser entre/pour les membres de groupes de travail territorial (Tournoi régional) et les groupes thématiques (ressortissants) « droits et politique », formation, recherche et une équipe dédiée membres seulement les autorités locales. Les groupes régionaux sont conçus comme des éventuels organismes de développement régional, Alors que les groupes nationaux pour appuyer le travail politique et le contenu de la Fédération.

La construction de ces groupes se développe en ce qui, personnellement, Je crois qu’une des étapes plus intéressants de l’histoire du SAF. PSD: un chemin d’accès de (voiture) formation qui implique les administrateurs et opérateurs appartenant à de nombreux organismes liés au SAF. PSD et nommés par le Conseil à agir en tant que coordonnateurs des différents groupes de travail. Un chemin de transformation qui vise à définir une nouvelle représentation du phénomène « sans-abri », approches plus sophistiquées pour surmonter le paradigme des soins, la nécessité de développer une relation avec le milieu de la recherche pour donner solidité aux interventions des membres. Alors c’est une phase d’organisation qui commence à partir de la nécessité de recueillir de nouvelles ressources économiques repose sur la construction d’une capacité contractuelle envers les gouvernements locaux et les divers intervenants, basés sur une expérience opérationnelle mélangée avec la recherche universitaire.

En route depuis l’espace à la nécessité de trouver une pratique qui est spécifique et non récupérables sur un vaste territoire mais délimité comme un régional, nouveauté de l’ère. Une route pendant une année entière, réalisée avec l’aide précieuse des amis importants: universitaires comme Bergamaschi, Dalla Mura, Bali, opérateurs tels que Invernizzi et de nombreux autres collègues des territoires touchés par des réunions de formation. Partir de cet emplacement sont des expériences que toujours, dans la forme a évolué et renouvelé, sont toujours actifs et, en particulier, le germe d’actions qui sera ensuite consolidé et pleinement appliquée dans les présidences (Charte des valeurs, National de la recherche, hypothèse de la diversification des services pour psd, actions d’innovation sociale ) et une organisation de la Fédération prévue pour les objectifs annuels et pluriannuels et les rôles.

Ce qui manque dans ces années, c’est plutôt une collaboration concrète avec la politique nationale et le ministère des affaires sociales. Comme mentionné, ce sont les années où Berlusconi prend une direction stable (le gouvernement est plu républicain histoire!) et ce n’est pas facile à trouver entre personnalités d’interlocuteurs de carat poids exprimée précédemment par le ministre turc et les interventions qui prennent en compte la réalité des personnes sans abri et à promouvoir des stratégies novatrices. Sont les années de la loi « Bossi-Fini-Giovanardi et l’immigration » « Fins » sur la consommation de drogues. Donc pas vraiment adapté pour soutenir les droits des personnes, mais plutôt de diverses formes de contrôle social. Et j’ai fortement reflète notre champ d’intérêt . Et même la présidence de l’Union européenne au second semestre 2003 elle changera la dynamique. En effet, elle renforcera l’impression que le travail sur le thème de l’inclusion sociale n’est pas seulement dans les cordes de la ministre Maroni et ses politiciens de collaborateurs.

En conclusion, J’aime aussi mes prédécesseurs, que je me souviens de ces années comme grand travail, pendant la journée et surtout la nuit, pour l’écriture, préparer les réunions, chercher des solutions qui donnent un nouvel élan à la Fédération. Un travail réalisé avec l’enthousiasme et la passion qui a profondément enrichi l’homme et le professionnel. Et la satisfaction d’offrir ensuite entre les mains de Paul Pang le témoin, conscient de ses capacités innées et cultivés dans les deux années de travail de ce Conseil, un groupe vraiment génial!