Les nouveaux sans-abri: avec le travail, sans domicile

de Le prince Alexandre, Radio Popolare
Mardi 20 Février 2018 heures 15:23

En Europe sont en hausse les sans-abri. caniches, clochard, sans abri, appeler les ce que vous aimez: la substance ne change pas. En tant que romantique il y a peu ou rien. Pour quelqu'un qui, peut-être, choisir cette vie, Il y a une armée de pauvres qui ne pas une maison peut se le permettre. croissance à deux chiffres, même dans les pays riches en moyenne, et la tradition du bien-être consolidée: Danemark +85%; Belgique + 34%; Holland +50%. En Italie, l'augmentation est parmi les plus bas, « Seulement » 10%. Il est en train d'émerger un nouveau type de clochard: le « sans-abri des travailleurs ». Les gens qui ont un emploi là-bas. Mais pas assez.

Cristina Avonto Il est le président de la Fédération italienne des organisations pour les sans-abri, actif depuis 1985 et la Fédération européenne qui regroupe les associations nationales.

« Certes, il y a en Europe une augmentation du nombre de personnes sans-abri comme une tendance générale. Mais il y a aussi un problème statistique. En Italie, par exemple, les dernières données officielles sont enquête ISTAT nous avons réalisé ensemble avec le ministère du Travail 2014. Nous faisons ensuite constamment par nos associations surveillé. De cette surveillance nous détectons une légère augmentation: sur 10% plus récente 3 âge. Une chose tout à fait réconfortant que d'autres pays européens ".

Parce que en Europe a augmenté les sans-abri?

« Il y a eu une tendance dans de nombreux pays de se concentrer sur des politiques actives étroitement liées à la valeur des emplois hautement qualifiés. Une tendance dans toute l'Europe à laquelle nous sommes très critiques. La Commission européenne a tenu compte des investissements de ses fonds, ou sur une base de pure charité (possessions matérielles, couvertures, vêtements, nourriture) ou politiques très éloignées des compétences plus élevées que la possibilité de réinsertion dans le travail. Tout ce que vous savez est au milieu de ces deux extrêmes ne sont pas considérés. Cela laisse derrière, il marginalise toute une partie de la population qui ne peuvent pas rester à l'intérieur de ces exigences ".

Quels outils concrets fournit Bruxelles?

« Il y a des fonds alloués à chaque Etat passe ensuite à sa manière. Et cela, il y a une grande différence. L'accent dans les différents pays, cependant, se concentre sur un débours de niveau de bienfaisance, par conséquent, ne sont pas liées aux politiques actives pour promouvoir la réinsertion sociale ".

Et en Italie?

« L'Italie de ce point de vue a fait un choix très positif. Cette égalité entre deux fonds: d'une part pour des politiques actives, actif pour soutenir la réinsertion, même dans le logement clé; l'autre à l'aide de matériel immédiat. Puis, nous avons deux fonds travaillant ensemble, un lien entre ces deux aspects fondamentaux ".

L'augmentation de l'itinérance est liée à l'augmentation des inégalités sociales?

« Certainement oui. Il y a une grande augmentation. En plus de chroniques, qui demeurent la voie depuis de nombreuses années, Il y a ceux qui définirait les travailleurs intermittents. Ainsi, les travailleurs occasionnels, sur les revenus très faibles, qui ne sont pas encore dans les statistiques au chômage. Ils travaillent pendant quelques jours par an et avec un faible revenu qui ne leur permet pas de maintenir un état stable de la vie ".

Qui sont les nouveaux sans-abri?

« Il y a certainement des femmes, en particulier les femmes victimes de violence conjugale. Ils sont en augmentation considérable de la population vivant dans la rue. Et puis il y a une augmentation de la jeunesse. Ces chiffres relient certainement le phénomène de l'augmentation des inégalités sociales en particulier de la capacité bénéficiaire, la capacité de maintenir son revenu à vie stable au fil du temps et à un niveau suffisant pour être en mesure de maintenir la stabilité. Puis, les travailleurs sans-abri, les travailleurs qui ne peuvent pas se permettre une stabilité de la population ".