FIO. Années de fin PSD 90 ’

de Alberto Remondini

Président SAF.PSD 1996-2000

Il n’était pas facile d’y revenir avec mon esprit au moment de la naissance de la fio. PSD et ses premiers pas, définition des chemins d’accès, Evenements et dates, Après tant d’années. Il était plus facile d’y retourner avec ton coeur, savourant l’excitation qu’ils connaissaient souvent l’odeur des dortoirs, la salle d’attente des stations ou des cantines populaires. Quand j’ai commencé à san Marcelino à Gênes, dans le 86, il fio.PSD, sous le nom de la coordination du Nord Italie, commençait à faire ses premiers pas. Pourtant, il y avait autant de laisser nos petites installations pour nous retrouver afin de tenir compte, dénoncer et défendre ce monde que nous avons aimé et où peu parlé, C’était le révélateur dramatique de troubles sociaux de ces années: mais le les déchets de la production importait peu et nos réunions avaient quelque chose des mouvements carbonari où l’invective contre la société qui a pulvérisé la vie des dernier niveaux mélangés avec la passion et le désir de leur rédemption et leur remise en état.

N’oubliez pas de prêtres véhémentes de route, travailleurs sociaux féroces, et même certains services sociaux que directeur retiraient derrière eux laissant ville bientôt convaincu les administrations faire, comme si c’était quelque innocente passion juvénile.

Mais dans les années 1990 la fio. PSD, Quand j’avais fait la fonction de Président, prenait un autre profil, sans perdre la passion depuis le début a cherché sa place dans le scénario national, en se concentrant sur Rome pour apporter les histoires des sans-abri sur les tables des politiques nationales, série de recherche sociale, les interventions sont venus de l’expérimentation et qui doivent adhérer à des réponses stables de la Justice par l’État, Municipalités et régions italiennes.

Je pense qu’il est bon d’apporter une situation que j’avais écrit pour le magazine ENTRE à la fin de 99, J’envoie toujours une certaine vivacité, Nouvelles et un peu de prophétie, l’atmosphère que nous avons insufflés de notre Fédération.

ÉDITORIAL POUR ENTRE N. 4

Un an après la sortie du premier numéro de la série renouvelée par entre il me semble important, En plus de possible, Essayez un peu’ plus étroitement ces threads qui, soit dit en passant, sont tissées ensemble ’ organisations engagées en faveur des sans-abri.

Ces fils sont comme des localisateurs, parfois subtils, à peine perceptible, d’autres fois marquées et évidentes, mais obtenir des charges de souffrance et de la complexité. Souvent, trop souvent, Ces threads sont arrêtés parce que la mortalité des gens sur la route est élevée; parfois teintée de couleurs chaudes qui rappellent la dignité, la constatation de la capacité, de Justice créée.

Nouveau ce ’ l’année dernière c’est que ces fils, s’éloigner un peu de la rue, ils ont atteint des endroits jamais battu, ils ont obtenu dans les palais romains, commence à affecter en aucune façon les orientations des politiques sociales au niveau national.

Et’ un passage difficile et plein de nouvelles responsabilités. Depuis mai, le soussigné a été appelé, en tant que membre de la fio.PSD, partie de la Commission d’enquête sur l’exclusion sociale qui a mis au point de l’expérience de la précédente Commission d’enquête sur la pauvreté. Un changement de nom et d’orientation, promu par le courant ’ ministre de la solidarité, Honorable Livia Turco, car la pauvreté est non seulement un social donné à détecter, mais une anomalie majeure de la vie civile qu’il est essentielle d’enquêter afin de mettre en évidence les causes, promouvoir des interventions pour changement de la réalité.

Ce point de vue, à nous de fio.PSD, beaucoup de soin, parce que pour les années, nous soutenons que nous sommes obligés de travailler sur les conséquences de l’entreprise qui crée l’exclusion, imaginant reprises visant tous ’ droits refusés à la plus faible, Accueillir et prendre soin d’une personne de la rue, et en contribuant à la création de l’autonomie des chemins digne.

Les mesures prises dans ce ’ l’année dernière sont particulièrement fructueuse: de nos jours des études faites en mars à Rome, a participé à la Ministre turc, le problème des sans-abri a pris place sur la table de la nouvelle Commission d’enquête sur les ’ l’exclusion sociale. Les commissaires ont entendu un exposé à plusieurs reprises sur les problèmes et les méthodes d’intervention déjà réalisées, et ils ont promu des choix et des actions concrètes: ont été promu trois intéressantes recherches sur le phénomène, un attribués aux gens dans la rue au sujet de la quantification de la Fondazione Zancan, une seconde fondation Bignaschi, notre Fédération travaux, Il a pour mission de détecter, dans l’échantillon de 20 villes, interventions qui combinent des services de soutien et réseau social, et un ’ autres, confiée directement à notre Fédération, ce sera une surveillance généralisée, à travers lequel nous intégrer et mettre à jour les organisations de recensement mis au point en 94. Cela ’ dernières recherches représente pour nous une excellente occasion. Nous pouvons obtenir, au moyen d’un questionnaire simple et concis, une quantité considérable de renseignements sur les organismes publics et privés opérant dans toutes les capitales provinciales italiennes. Ces données nous aideront à créer une base de données qui nous permettra de communiquer avec un nombre croissant d’organisations, étendre la base des expériences et des possibilités de pratiques de communication et d’intervention, pas moins, offrir l’opportunité de rejoindre notre Fédération.

Un autre signe important de l’intérêt des commissaires sur les questions relatives à la route, qui se manifeste en septembre, la convocation de la réunion de la Commission à Gênes, à notre siège social, au lieu d’à Rome comme d ’ habitude: Au cours de cette réunion ont été entendu des membres de notre Fédération, di Genova, Bergame, Catane et Turin, qui ont présenté les enjeux et approches; la réunion s’est poursuivie avec la visite de la Commission à un génois les communautés des personnes sans-abri, le déjeuner et le café dans une garderie. Cette journée a été un important précédent, combinant la langue d’analyse et de réflexion, à celui des actions et expérience, dans un contexte qui menace parfois d’être déséquilibré en direction de la recherche statistique ou dell ’ analyse sociologique. Les voix de la rue, Faites des expériences directes, de tous les horizons, des lectures dans le domaine, doit pouvoir supporter une données stable pour la recherche nationale, enquêtes sur la pauvreté, hypothèses sur les causes de l’exclusion sociale.

Finalement, juste avant Noël, Nous avons été visés par le ministre de la Turquie à un forum de discussion restreinte et consultation dans laquelle dire notre sur un texte présenté comme relié à la Loi de finances, dans lequel, pour la première fois dans un document officiel du gouvernement sont mentionnées des personnes sans-abri, avec gouvernement possible financement spécifiquement visant. Telle qu’elle a connu ce décret a convergé, Nous suggérons de même avec les lignes correctives, dans la récente ordonnance du Président du Conseil des ministres, tant qu’il est urgent de face le ’ d’urgence impliquant des personnes sans-abri, avec un ATTENDU 30 milliards pour cette année.

Cela me semble le rôle de notre Fédération et le rôle de ce magazine qui en ’ l’an dernier a consacré beaucoup d’efforts à innover, en se rendant plus accessible et plus cohérente, complète des données qui proviennent de l’expérience des organismes qui contribuent à.

Alberto Remondini